Blague à part… Pris la main dans le sac, le voleur «cherchait» l’autorisation de la journaliste.

Publié le par Camara Mamady

 Blague-a-part.jpgPlus imaginatif que le voleur du marché des moutons de Marbatt, tu meurs tout de suite sous les coups de poings des gens. Pris la main dans le sac de la journaliste, il a laissé entendre l’assistance qu’il ne faisait que chercher dans le sac de la reporter cameraman son autorisation de venir de filmer. Peu convaincant.

 

Passée cette petite minute de fou rire, le voleur a été évidemment houspillé et conduit à la police. Des journalistes et correspondants de presse internationale accompagnent les jeunes gens de la Marmite du Partage dans leurs différentes sorties de collecte de fonds dans les quartiers de Nouakchott toutes les journées de samedis.

 

Et le samedi 20 octobre courant, tout ce petit monde était l’hôte du quartier périphérique de Marbatt d’El Mina, précisément au marché des moutons. Il y avait évidemment plusieurs personnes, mais également des petits ruminants qui bêlent à tue-tête. C’est normal, c’est la fête de l’Aid El Kébir qui arrive au galop dans les ménages.

 

C’est ainsi que la journaliste-reporter cameraman, qui était au milieu de ce beau monde, se frayait un chemin parmi eux et tentait tant bien que mal à immortaliser l’instant présent. Et elle n’avait d’yeux que pour l’objectif de son appareil. Autant alors dire que c’est cet état de fait, qui laissait le temps à un homme malintentionné de plonger sa main dans son sac et de le fouiller tranquillement à sa guise sans que cette dernière ne se rende compte de rien.

 

Pris ainsi la main dans le sac par des jeunes gens, le voleur, qui a un reflexe imaginatif, ne s’est pas du tout gêné pour répliquer avec véhémence aux dires de ses accusateurs : «Je ne suis pas en train de voler comme vous êtes en train de le faire croire à tout le monde. Je suis plutôt en train de chercher dans son sac son autorisation de filmer.

 

Elle doit bien en avoir pour venir filmer ici. Et cette autorisation ne peut être que dans le sac. Vous comprenez donc pourquoi, j’ai plongé ma main dans le sac de la femme». Les jeunes gens de la Marmite du Partage qui ne voyaient pas les choses de la même façon ne se sont pas fait prier pour «sauver» le sac et son contenu de leur hôte de la presse. Ensuite, ils ont manu militari conduit le voleur au commissariat de la Moughatâa du 6ième arrondissement.

 

Camara Mamady

Le Rénovateur Quotidien

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article