Flaques d’eau à Nouakchott : Recrudescence des malaises sanitaires?

Publié le par Camara Mamady

   inondation_salete_maladie.jpgAprès les deux fortes pluies diluviennes sur la ville de Nouakchott, la capitale n’a pas été au grand dam des habitants de la ville au rendez-vous du beau temps. Une canicule éreintante s’est invitée dans le ciel, sévissant depuis quelques jours alors que de grosses flaques d’eau se sont répandues à tous quartiers çà et là :


Ce qui est une bonne aubaine pour les moustiques, porteurs de maladie, qui s’y reproduisent rapidement et prennent d’assaut les maisons le soir. A cause de leurs piqures douloureuses, ils contraignent les paisibles citoyens à passer des nuits blanches.


Nombreuses sont les routes des différents quartiers de la ville de Nouakchott qui sont presque impraticables à cause des eaux qui stagnent et de la boue. Pire, les grosses flaques d’eau sales et malodorantes, jalonnent encore les différentes allées de ces différents quartiers.


Les piétons et les voitures pataugent encore et toujours dans la boue. Des maisons sont encerclées par les eaux. En témoigne Fatimetou, cette compatriote rencontrée à quelques encablures du garage PK de la Médina3 :

«Je cherche à aller au garage PK, mais je ne sais pas comment je pourrai traverser ? Parce qu’il est pratiquement impossible d’y aller sans se mouiller les pieds». Et pourtant, cet espace vacant est évidemment situé en plein centre-ville et relie cette partie de ce quartier à la principale voie du coin.


Cette grosse flaque d’eau est également le nid de reproduction des moustiques, favorisant la reproduction rapide des anophèles qui sont des vecteurs du paludisme. Les habitants, qui sont mal outillés pour faire face à une telle situation, ne savent plus à quel saint se vouer. Et les lamentations pour déplorer l’inactivité des autorités communales fusent de part et d’autre.


«Les autorités communales ne font rien pour nous débarrasser des flaques d’eau, qui sont devenues très dangereuses et constituent à la longue des nids de reproduction des moustiques au vu et au su de tout le monde. Cette prolifération de ces moustiques est un véritable danger pour notre santé. Et nous n’arrivons pas à fermer l’œil toute la nuit, parce que les moustiques envahissent nos demeures dès la tombée de la nuit», a fait savoir un père de famille à Sebkha.


Même tonalité de lamentations chez un artiste-comédien : «Nous sommes en train de déménager. Il n’est plus possible de dans notre maison entourée par ces eaux qui s’infiltrent dans toutes les pièces ».


Camara Mamady

Le Rénovateur Quotidien

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article