Groupe Walfadjiri : Une bande de copains qui monte musicalement !

Publié le par Camara Mamady

         Walf-Group-copie-1.jpgPassionnés de musique, Papis Koné, Ben Ball et Mamadou Diop, qui formaient une bande de copains à Rosso, se sont lancés dans une carrière musicale avant d’aller faire leur classe auprès des noms. Et depuis 2004, ces jeunes musiciens sont en train de se faire un nom à Nouakchott.

 

Pourtant ils ont remporté une récompense internationale.

Le groupe musical walfadjiri a été créé autour d’un mouvement de scouts des jeunes par un trio – Papis Koné, Ben Ball et Mamadou Diop- qui formait une bande de copains à Rosso. Et ces derniers qui n’étaient que des musiciens en herbe, mais animaient déjà plusieurs festivités récréatives dans leur ville.

 

Nonobstant ce succès naissant, les jeunes gens, qui avaient à cœur d’embrasser une carrière professionnelle, n’ont pas du tout dormi sur leurs lauriers. Mieux, ils mettaient à profit chaque voyage de l’homme-orchestre, Khalidou Fall, à Rosso pour acquérir des connaissances musicales auprès de lui. Et ces jeunes musiciens ne s’arrêtent pas en si bon chemin puisqu’ils vont aller s’abreuver de certaines connaissances musico-instrumentales de Croos.

 

Comme en atteste le propos de Papis Koné : «Croos, c’est lui qui nous a enseignés les vrais cours de musique». Et ce chef d’orchestre du groupe Walfadjiri de se souvenir : «Je me souviens bien, c’est en ce moment précis que Papis Diarra est venu intégrer le groupe en tant que guitariste en 1998. C’est dans la même année que Ben Ball, qui était le patron du groupe, s’en est allé pour de bon en France. Mais le groupe a continué à fonctionner malgré le départ de chef d’orchestre». Une récompense internationale En 2000, Papis Koné et Papis Diarra ont traversé le fleuve Sénégal pour se rendre dans la ville de Saint-Louis pour se mettre à l’école de la musique sénégalaise.

 

En effet Papis Diarra s’est mis à l’apprentissage systématique du clavier pendant deux mois dans cette ville sénégalaise. Quant à l’autre Papis ne pas pour dire Koné, il a découvert de nouveaux effets sur la guitare et perfectionné le mécanisme du doigté de la guitare. De retour à Rosso, ils ont appris de bonnes sources que leur maître Cross a désormais un groupe musical à Nouakchott.

 

C’est ainsi qu’ils n’ont pas hésité de quitter leur ville natale pour le rejoindre dans la capitale mauritanienne et sont venus encore apprendre les instruments de musique sous sa houlette en compagnie avec d’autres grands artistes-musiciens mauritaniens tels que Souleymane Jules Koné, le père des artistes-musiciens Yacoub et Papis Koné.

 

Tout au long de ce temps à Nouakchott, les jeunes artistes-musiciens ont continué à faire leur classe dans le groupe musical Bandema (famille en langue bambara, ndrl) de leur maître avant de voler de leurs propres ailes en 2004 pour fonder le groupe walfadjiri.

 

En janvier 2009, ils ont mis sur le marché un album de 9 titres. Un album «Séhil» dans lequel on y trouve les différentes langues du pays. Trois ans après la sortie de cet album, qui ne laisse personne indifférent, le groupe walfadjiri a décroché un prix international à «l’issue du votre des internautes et la sélection du jury» en surplombant deux groupes maliens, qui se sont contentés des 2e et 3e prix de cette compétition musicale.

Camara Mamady

Le Rénovateur Quotidien

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article