Lutte contre la Corruption : La Mauritanie gagne en points pas en changements de pratiques

Publié le par Camara Mamady

  Corruption.jpgL’Espace culturel Diadié Camara a abrité, le samedi 8 décembre une conférence/débat à l’occasion de la Journée internationale de la lutte contre la Corruption placée sous le thème :«Valeurs morales et Corruption».L’objectif de cette rencontre était de réfléchir sur une approche culturelle dans la lutte contre la corruption.Deux conférenciers, Mohamed Saïd Ould Hamody et Abdoulaye Sow se sont penchés sur les pratiques communautaires en Mauritanie qui sont les germes de la corruption.Le public n’a pas manqué l’occasion pour donner son avis sur la question de la corruption qui gangrène la société mauritanienne à tous les nouveaux.

Dans son exposé, Mohamed Saïd Ould Hamody a d’abord dit que la gouvernance concernait uniquement la gestion des activités de l’Etat voire celle de toute l’administration publique. la gouvernance trouve ses fondements dans le respect de la gestion de la chose publique ou la transparence dans la gestion des biens de l’Etat. Il a touché du doigt la corruption dans les communautés mauritaniennes en mettant un accent particulier sur la communauté maure. «C’est celle qui je connais le mieux», a-t-il martelé. Dans sa conclusion, Ould Hamody a souligné les impostures de nos tricheries nationales des facteurs de dégradation de la bonne gouvernance, et un frein à la moralisation de la vie nationale. Sur le volet d’éthique, il a indique que les primautés, à l’ethnique tout comme le pluralisme politique, peuvent être ouvertement proclamés et vantés quand un régime autoritaire et corrompu mais intelligent se les approprie, alors qu’il pratique une gestion se singularisant pour l’opacité et les passe-droits et qu’il exerce un système antidémocratique. Les Mauritaniens étonnent par leur capacité d’adaptation physique, mentale, et «idéologique». En dextérité dans toutes les techniques de la mauvaise gouvernance d’aperçu et de ‘’l’oubli’’ de toute éthique».

 

L’habilité des corrupteurs à corrompre

Pour sa part, le Pr. Abdoulaye Sow a ressorti dans son cercle familial l’habilité des corrupteurs à aller corrompre les autres. Et il a ainsi mis en scène dans ce jeu d’intelligence, inspiré d’un modèle parental. En effet, ce dernier a été vivement sollicité par le père d’une étudiante pour influencer le professeur, qui présidait la soutenance de sa fille. Sur ce, Sow Abdoulaye a laissé entendre : «Mettez-vous à ma place ! Que feriez-vous dans une telle situation ? Et j’ai fini par dire sous la pression de mon propre papa’’ Travail excellent, étudiante à féliciter’’ C’est pour dire juste l’habilité des gens qui veulent corrompre un individu. Ce Monsieur a fait une prospection dans ma vie pour connaître qu’il a fait le même lycée avec mon papa». Poursuivant son exposé, le Pr Abdoulaye Sow n’a pas manqué de rappeler que les différentes formes de corruption qui sont faites par les candidats lors des élections des chefs dans la société traditionnelle peule. Et pour enrichir le débat, plusieurs personnes, entre autres, Ladji Traoré de l’APP, Ahmed Ould Yahya de la SOC, Boubacar Ould Messaoud de SOS-Esclaves, l’ancien ministre Mody Camara ont intervenu en indiquant les uns après les autres que la corruption ne cesse de gagner du terrain en Mauritanie tous les jours. Et pensent que la sensibilisation serait un meilleur moyen de la freiner. Il faut noter que la Mauritanie a gagné en points lors du dernier classement de Transparency International en passant de la 143e place qu’elle occupait en 2011 au 123e rang mondial en 2012.

Camara Mamady

Le Rénovateur

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article