NOUAKCHOTT : VIOL Quatre gaillards se relaient sur la Sénégalaise D.D.

Publié le par Camara Mamady

 L'OBS - La Sénégalaise D.D, domestique de son état, a été kidnappée et violée par 4 gaillards qui se sont relayé sur elle.Viol.jpg

 

Elle a été kidnappée à bord d’un taxi par quatre personnes dont trois de race blanche. D.D, domestique de son état, a été nuitamment conduite dans le désert sur la route d’Atar. Sauvagement violée, ses bourreaux l’ont abandonnée dans le désert. Les premières informations recueillies disent que  la jeune femme, née en 1989 à Kaolack, est sortie de la demeure de sa «cousine» sise au quartier résidentiel de Tevragh-Zeina. Cette nuit-là, après le dîner, elle a tardivement quitté les siens en  s’engouffrant dans le premier taxi rencontré. Elle était en route pour son lieu de travail sis à la Cité Place à quelques encablures du quai de pêche de Nouakchott. Dans le véhicule, la femme constate la présence de trois autres personnes au siège arrière. Prise de panique, D.D dit au chauffeur: «Je vais descendre au carrefour Cité Smar!» Mais  la jeune fille n’a pu se sauver du piège des malfrats, qui l’ont conduite, de force, en dehors de la ville de Nouakchott pour satisfaire tour à tour leur libido sans le moindre consentement de D.D.

 

Abandonnée à elle-même à la sortie de la capitale mauritanienne à quelques encablures de la route d’Atar, la native de Kaolack s’est retrouvée «miraculeusement» près de l’épicerie «Voyages». C’est là-bas qu’elle a été «ramassée» et déposée, à 4 heures du matin, à l’un des commissariats de police de Dar Naïm par un taxi étranger. Dans un état pitoyable, le policier, un adjudant-chef qui était de garde, aurait dit au chauffeur : «Vous ne pouvez pas abandonner cette femme dans cet état ici (commissariat). Venez avec moi, nous allons la conduire à  l’hôpital Cheikh Zayid pour des soins». Une information confirmée par Aminata Coura Ly, l’assistance sociale de l’AFCF (Association des Femmes Chefs de Famille), qui a pris le dossier de DD en main pour porter plainte contre X. Remontée contre l’impunité des violences sexuelles faites aux femmes en terre islamique de Mauritanie, la présidence de l’AFCF, Aminetou Mint El Moctar Ely dénonce cet état de fait en ces termes :«Ce n’est pas la première fois que des femmes sont kidnappées à bord de taxis et violées. Les plus malchanceuses sont tuées par leurs bourreaux. Depuis quelque temps, il y a trop d’insécurité à bord des véhicules de transport urbain, particulièrement les taxis : tout le monde conduit un taxi à Nouakchott et il n’y a aucune réglementation. Ce n’est normal dans un pays organisé. Nous dénonçons cette situation, qui favorise l’insécurité et demandons aux autorités mauritaniennes de prendre leurs responsabilités de protection des personnes et de leurs biens pour arrêter cette vague de viols en Mauritanie»

 

Camara Mamady

L’Observateur Sénégal

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article