Opérations d’enrôlement: «Halte au Génocide Biométrique» dixit le TPMN

Publié le par Camara Mamady

   france enrolement mauritaniensComme les opérations d’enrôlement continuent de souffrir des mêmes griefs qui leur sont reprochés depuis leur lancement, elles font toujours l’objet de vives dénonciations à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Après les protestations régulières de la diaspora, TPMN toujours égal à lui même dans ce combat contre le déni d’identité vient de nouveau de requérir avec une vive voix l’arrêt de ce recensement, exprimant au maximum son rejet de cet enrôlement qu’il qualifie de « génocide biométrique ».

 

Les jeunes gens du Mouvement TPMN « aile Dia Alassane » sont toujours exacerbés par les conditions d’enrôlement en cours en Mauritanie. Ils viennent de le faire savoir une fois encore en disant «Halte au génocide biométrique» et dénonçant ouvertement le caractère «raciste et discriminatoire» de ce recensement.

 

«Deux ans après son lancement, l’opération d’enrôlement des populations, initiée, par le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz, (président de la République, ndrl) n’en finit pas de démontrer son caractère raciste et discriminatoire à l’endroit des populations noires du pays» clament-ils, évoquant certains efforts d’allégement des procédures d’enregistrement, tantôt suivies de complications pour les négromauritaniens dans tous les centres de l’ANRPTS. Pour ce mouvement, l’obtention de la moindre pièce d’état-civil est un véritable parcours du combattant.

 

Cette exclusion systématique des citoyens noirs de l’enrôlement et de l’accès aux nouvelles pièces d’état-civil dites sécurisées a atteint son paroxysme avec le traitement réservé à la diaspora négro-mauritanienne d’Europe dont la ‘’mauritanité’’ est soumise à la présentation d’une pièce délivrée par un autre Etat, en occurrence la carte de séjour du pays d’accueil, condition d’autant plus révoltante qu’elle n’est exigée nulle part ailleurs dans les centres ouverts dans les régions du monde» déplore TPMN, condamnant vigoureusement ces pratiques discriminatoires et racistes.

 

Pour exprimer son ras-le-bol de cette situation insoutenable de déni d’identité, le mouvement compare les opérations d’enrôlement à un génocide biométrique. « Puisqu’il s’agit d’épurer les registres de l’était-civil de la composante noire du pays» souligne-t-il, exprimant sa solidarité avec les membres de la diaspora et exigeant un traitement digne et égalitaire de tous les Mauritaniens dans l’accès aux documents de l’ANRPTS.

Camara Mamady

Le Rénovateur Quotidien

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article