Projet régional «Loujna-Tounkaraké». : Les migrants à l’école de l’AMDH

Publié le par Camara Mamady

  AMDH.jpegLa présidente de l’AMDH Me Fatimata Mbaye a présidé, hier, dans les locaux de son ONG, une journée de rencontre avec des migrants.Une prise de contact qui a été mise à profit pour sensibiliser les membres de cette communauté sur leurs droits, particulièrement sur le volet défense pour en bénéficier.

 

Mieux, Me Mbaye a mis à la disposition de ces migrants, un avocat en la personne de Me El Id Mohamed M’Bareck.Les migrants ne se sont pas fait prier pour venir prendre part à cette journée de rencontre dans les locaux de l’AMDH (Association Mauritanienne de Droits de l’Homme).

 

Et ils ont répondu massivement à l’appel de cette ONG, qui ne cesse de défendre les droits des migrants en Mauritanie. Dans son intervention, Me El Id Ouldc Mohamed MBareck a expliqué aux uns et aux autres qu’il sera désormais à leur côté pour prendre en charge tous leurs ennuis juridiques et judiciaires dans les différents commissariats de police et devant les tribunaux du pays dans le cadre du projet sous-régional appelé «Loujna-Tounkaraké».

 

A en croire les propos du Chargé de communication de l’AMDH, Daouda Sarr, ce projet de la défense des droits des migrants regroupe les Etats de la sous-région qui constituent les espaces de départ, de transit et d’accueil des migrants dont entre autres le Maroc, l’Algérie, le Sénégal, le Niger, la Côte d’ivoire, mais bien la Mauritanie.

 

«Nous avons sensibilisé les migrants sur leurs droits, mais aussi mettre un avocat à leur disposition. Livrant son avis sur cette journée de sensibilisation, Abdoulaye Anne, secrétaire général de l’ARSM (Association des ressortissants sénégalais en Mauritanie) a confié : «Nous avons appris beaucoup de chose tout au long de cette journée de sensibilisation concernant nos droits ainsi que comment les défendre devant les juridictions mauritaniennes».

 

Camara Mamady

Le Rénovateur Quotidien 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article